• Aujourd'hui c'est mon anniversaire

    Joyeux anniversaire aux petits et grands nés un 20 juillet

    Aujourd’hui c’est mon anniversaire. Ma famille d’accueil, comme écrit Annick, m’invite à le fêter avec elle. C’est vraiment un très beau cadeau.

    Aujourd'hui c'est mon anniversaire

    Ma préférée, c'était avec mon époux en 1983 en Haïti

    Aujourd'hui c'est mon anniversaire

    Sur la terrasse du casino de Ribeauvillé 21 09 17

    À propos de cadeau je remercie Simone qui, comme toujours, m’a envoyé de belles compositions. La coquine pique mes photos et les enlumine. C’est super ! J’ai l’impression d’être une star. Merci aussi Annick pour la belle carte et les jolis sacs destinés au rangement des jetons du Scrabble et du Rummikub.

    Aujourd'hui c'est mon anniversaire

    C'était le 20 juillet 2017

    Pour infos le jour où les hommes ont marché sur la lune pour la première fois j’étais à Anchorage et j’ai passé la journée à regarder cet exploit. Aux U.S.A c’était le jour de mon anniversaire c’est-à-dire le 20 juillet 1969.

     
     

     


    8 commentaires
  •  

    Des iris en consolation

    Des iris en consolation

    Hier, comme tous les vendredis, j’ai garé la voiture sur la place de la cathédrale, face au Corps de Garde. Au moment où j’allais la reprendre pour partir, collision avec le train touristique blanc.

    Des iris en consolation

    Sincèrement je n’y comprends rien. Je n’ai rien vu dans la caméra de recul, ni à droite du véhicule hormis la terrasse du restaurant. Et au moment où j’allais reculer un bruit de choc. Je sors de la voiture le train est à l’arrêt le long de la terrasse, même pas à ma hauteur.

    Des iris en consolation

    Des iris en consolation

    Si je reculais je passerai devant la loco. Alors comment ce choc a-t-il été possible. Je regarde l’avant du train, l’arrière de ma voiture : aucune trace. Je regarde le côté droit qui est à l’ombre et remarque deux petites traces blanches qui me semblent insignifiantes. Conclusion je dis au chauffeur que je n’ai rien. C’est à la maison alors que je montre les traces blanches à mon frère qu’on remarque un impact vertical de la taille d’un petit doigt. L’aile a finalement pris un coup et est déplacée.

    Des iris en consolation

    Conclusion après visite au garage près de 1 000 € de réparation. Je n’ai pas pu rencontrer l’assureur qui malgré ce que dit son répondeur n’est pas en communication mais bel et bien absent. Du coup j’ai pris les iris de son jardin en photo avec le téléphone.

     
     

    6 commentaires
  • Élan de solidarité

    Merci mamie Lucette pour la photo

    Triste ce qui vient d’arriver. Je n’ai pas pu détacher mes yeux de l’écran. Durant des heures j’ai assisté au drame qui se jouait. Durant la catastrophe une chose a atténué ma peine : l’union possible des hommes quelle que soit leur religion. Juifs, musulmans, bouddhistes, catholiques et autres croyants se sont manifestés par la prière, des mots de soutien etc. À croire qu'il faut une catastrophe pour que les hommes redeviennent raisonnables. Bravo aux pompiers qui ont sauvé la structure ce qui n’aurait pas été le cas s’ils avaient suivi les conseils du président américain qui, dans son message, suggérait de larguer des bombes à eau.

     
     

     


    6 commentaires
  • Quelle journée !

    La journée avait bien commencé. Je roulais vers Souffelweyersheim avec Adrien.

    Quelle journée !

    Il ne pleuvait pas. Nous étions contents de rejoindre Aurélien et sa compagne pour partager le repas de midi au restaurant.

    Quelle journée !

    La nature était belle, les arbres en fleurs. Nous sommes arrivés à l’heure juste à temps pour rejoindre l’auberge à pieds. Hélas à peine avais-je entamé le parcours que mon cœur s’emballa.

    Quelle journée !

    Malgré tous mes efforts pour arrêter la crise la tachycardie persista. Pauvre Adrien ! Il réagit au quart de tour. Il voulait que son frère cherche la voiture.

    Quelle journée !

    Mais têtue, croyant que la crise s’arrêterait, je continuais de marcher jusqu’au restaurant. Là il fallut l’admettre pas possible de rester. Il faut appeler le Samu.

    Quelle journée !

    Aurélien aperçoit une ambulance arrêtée au feu rouge. Il appelle le chauffeur «  ma tante ne se sent pas bien pouvez-vous venir ? » Waouh à partir de là tout s’enchaîne.

    Quelle journée !

    Je suis prise en charge par une adorable bénévole et son collègue qui appliquent le protocole à la lettre.

    Quelle journée !

    J’ai beau répéter que c’est du Bouveret qu’il me faut une injection de Striadyne, rien n’y fait le protocole est au commande. Un médecin est appelé etc. Pour finir trois véhicules sont, si je puis dire, à ma disposition avec tous leurs occupants : bénévoles, ambulanciers, médecins, infirmière et pompiers.

    Quelle journée !

    Seulement sept personnes très attentionnés et très sympathiques. Le Bouveret est bien avéré, l’infirmière met la perfusion en place. La seringue de striadyne est prête, lorsque, oh miracle ! Monsieur S… entrebâille la porte de l’ambulance.

    Quelle journée !

    Et là ! Les battements de cœur ralentissent la tachycardie s’arrête.  Tous se mettent à rire et Mr S… devient Mr striadyne. On me libère, mes neveux sont soulagés. Tout est bien qui finit bien.

    Quelle journée !

    (Finalement la crise a duré deux bonnes heures.)Du coup je suis fatiguée. 

     
     

     


    10 commentaires
  • Encore des souvenirs

    Par manque de temps pour trier les photos de Dubaï,

    Encore des souvenirs

    de Barcelone etc. je vous montre encore quelques souvenirs

    Encore des souvenirs

    hérités des grands parents, voire d’amis.

    Encore des souvenirs

    J’ai pas mal de vases dont des Gallé,

    Encore des souvenirs

    des objets "made in Japan" comme ce bouddha et ce brûleur de parfum.

     
     

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique