• http://i41.tinypic.com/5oz31k.jpgAlors qu’il était avec un groupe sur son bateau de pêche de 62 pieds, en route vers Taku Harbor en Alaska de l’ouest, Tom Straton vit 4 jeunes cerfs à queue noire qui nageaient directement vers le bateau. Dès qu’ils furent près, ces derniers commencèrent par encercler le bateau regardant en direction des occupants qui constatèrent que les 4 jeunes cerfs étaient en détresse. Tom ouvrit la passerelle de http://i43.tinypic.com/67kwh4.jpg derrière. Puis avec quelques personnes il aida les animaux craintifs et sauvages à monter dans le bateau. Fort est d’ajouter que durant toutes ses années de pêcheur, jamais Tom n'avait vu une chose pareille. Une fois sur le bateau les cerfs se sont effondrés de fatigue. Une fois arrivé au dock le 1er cerf retiré de l’eau quitta le navire puis se retourna comme s’il disait merci et disparut vers la forêt. http://oi42.tinypic.com/1zyhhsl.jpg Deux autres en firent autant après quelques mots d’encouragement. Toutefois le plus petit avait besoin d’être aidé pour quitter le bateau. Tom le mit dans une brouette pour le descendre sur le quai. Son fils et sa fille Anna aidèrent le petiot à se mettre sur ses pattes. Chose faite, lui aussi disparut vers la forêt. Tom ne sait combien de temps ces http://oi44.tinypic.com/34r6sy8.jpg animaux étaient restés dans l’eau glacée, ni s’il y en avait d’autres qui n’ont pas survécu. Il n’oubliera jamais cette aventure et il pense que les cerfs non plus.


    1 commentaire
  • J’ai conté cette aventure tout au début de la création de mon blog. A l’époque je n’avais pas beaucoup de visites. J’espère que cette fois elle aura plus de succès. Suite de l’épisode 8/10.

     


    L'émotion est vive dans la cuisine, mais on finit tous par rejoindre la cabane dortoir. Je suis de celles qui ont besoin de faire un tour aux toilettes durant la nuit. Il fait très sombre lorsque j'en éprouve le besoin. Sortir pour rejoindre la cabane réservée à cet usage me paraît téméraire. Je jette un coup d’œil par la fenêtre grillagée de ma chambre. Je distingue la forme sombre de la poubelle, le lac qui miroite sous le clair de lune. J'entends un léger froissement de feuillage, à peine audible mais tout proche. Honey Pet est couchée sous ma fenêtre. Elle a entendu ma respiration. Elle se dresse et hurle dans la nuit. Je vois plusieurs formes qui s'enfuient, dont une qui me semble énorme comparée aux autres. Un grand loup noir renverse la poubelle dans sa fuite. Tous se dirigent  vers l'arrière du campement. Je me hasarde sur le pas de la porte. Clic pour lire la suite épisode 10/10. 


    1 commentaire
  •  J’ai conté cette aventure tout au début de la création de mon blog. A l’époque je n’avais pas beaucoup de visites. J’espère que cette fois elle aura plus de succès. Suite de l’épisode 6/10.

    vue-gauche-texte.jpg

    Après ma toilette, je veux sortir pour rejoindre le dortoir. La porte réparée est assez dure à ouvrir. Mais malgré mes efforts elle s'entrouvre à peine. Je regarde par la fenêtre de droite, je ne vois rien, sauf des broussailles et le lac. C'est pareil par la fenêtre de gauche, des hautes herbes et l'autre lac. Rappelez-vous, le campement est situé sur une langue de terre qui sépare presque deux lacs. Un étroit passage subsiste, le courant y est très fort. On dirait qu'un lac se déverse dans l'autre. Comme je n'arrive pas à sortir, j'appelle au secours. L'Indien et Sonny arrivent les premiers sur le pas de la porte du dortoir. Ils rient de bon cœur, disparaissent, puis reviennent avec mes amies. Ils ont tous des ustensiles, ils battent tambour, font du bruit.

    « Ca y est, tu peux sortir ! Le loup a décampé. Il était assis sur le pas de la porte. »
    louve_tardtexte-copie-1.jpg Le loup qui par la suite s'avérera être une louve me suivait à l'odeur. N'étais-je pas la première personne qu'elle avait surprise et reniflée ! Le lendemain je la vois tantôt somnolant près d'un buisson, une autre fois très proche au bord du lac dans lequel je trempe les pieds, l'eau est trop froide pour s'y baigner. La journée passe en farniente. Je lis. Je rejoins Sonny et son ami indien qui pêchent. Je reste dans le canot afin de surveiller leurs arrières.

    Je les prends en photo avec mon petit Kodak. Le soir, je suis la dernière à sortir de la cuisine, m'étant proposée pour faire la vaisselle. Au moment de rejoindre la cabane dortoir qui vois-je devant la porte au grillage anti-moustique ? Honey Pet qui me regarde.  La louve est très maigre. Pour l'éloigner, je cherche un morceau de saumon que je jette aussi loin que possible. Je profite du fait qu'elle se dirige vers cette manne pour sortir et rejoindre le dortoir. Clic pour lire la suite 8/10.


    votre commentaire
  • J’ai conté cette aventure tout au début de la création de mon blog. A l’époque je n’avais pas beaucoup de visites. J’espère que cette fois elle aura plus de succès.

    Soudain, un léger bruissement de feuilles mortes attire mon attention. Persuadée que ce sont les adolescents qui s'approchent de moi, je ne bronche pas. Le bruit s'est arrêté depuis un moment lorsque j'entends le son du canot à moteur. Levant les yeux, j'interromps mon occupation. Dans le lointain j'aperçois l'embarcation des gamins qui file sur le lac. Mais alors, qui donc a marché tout près de moi ? Devant moi, le lac miroite au soleil. Dans mon dos le tronc d'arbre m'empêche de voir quoi que ce soit. A droite, il n'y a rien. A gauche à environ vingt mètres, se trouve la cabane en rondins où dorment mes amies. Je regarde vers le sol. Un bel animal blanc et gris est assis à mes pieds. Ses yeux jaunes m'observent. Dans leur regard je décèle une grande tristesse. Mon pied se balance devant son museau, à portée de crocs. Serait-ce le chien loup de notre voisin ? Dans ce cas j'aurais entendu le bruit des rames, du moteur ou à défaut les sons émis par l'arrivée d'un visiteur. Je n'ai rien entendu de tout cela.http://i33.tinypic.com/auk12c.jpg
    Bien que je n'aie jamais vu de loup, que je les croyais tous noirs comme dans les livres d'images de mon enfance, il faut bien que j'admette que la bête qui m'observe en est un. Je lui parle doucement avec une voix calme et pondérée. Je m'exprime en français du haut de ma branche. Il est évident que je veux me mettre à l'abri dans le cabanon, qui sur le moment, me paraît bien loin. Finalement, réalisant que je suis en Alaska, pays anglophone, je m'adresse au loup en anglais le nommant Honey Pet. Je descends de mon arbre sans mouvement brusque et me dirige lentement vers le dortoir. Clic pour l’épisode suivant.


    votre commentaire
  • J’ai conté cette aventure en 10 épisodes tout au début de la création de mon blog. J’espère que cette fois elle aura plus de succès. Je vous la rapporte avec un lien vers l’épisode suivant : On me fait visiter le campement.http://i37.tinypic.com/288qqeb.jpg

    Celui-ci est composé de trois cabanes en rondins construites sur une langue de terre qui s'avance dans le lac, telle une presqu'île. Chaque cabanon a son utilité propre. L'un sert de cuisine, l'autre de dortoir, le troisième de salle de bain.

    Première règle à respecter dans cet endroit entouré par une nature à l'état sauvage : ne jamais mettre de la nourriture autre part que dans la cuisine ou dans le "food cage" (grenier sur pilotis, hors d'atteinte des animaux). Seconde recommandation : ne pas quitter le dortoir de nuit sans être accompagné d'un homme armé. Tout cela me semble bizarre, j'ai du mal à croire que les ours ou autres bêtes sauvages s'aventurent aussi près des humains.

    Le soleil n'a disparu que pendant deux petites heures. Il est 1 heure du matin, l'heure de se coucher et il fait jour. Confortablement installée sur mon lit de camp je revis tous les instants de cette journée inoubliable, il m'est difficile de m'endormir dans ces conditions.

    Le lendemain, je suis réveillée par des coups de feu. Le shérif est en pleine action. Lorsque je le rejoins, il me montre des traces d'ours. Ces dernières sont très visibles entre le cabanon qui sert de cuisine et le dortoir. De plus elles suivent mes propres traces. Il prétend que l'animal m'a suivie, durant la nuit, alors que je cherchais un verre d'eau pour Marie. Serait-il en train de vouloir me faire peur ? Bizutage ou vérité ? Personne ne réagit à mes questions. Clic pour lire la suite 4/10.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique