• http://i47.tinypic.com/oi8w7n.jpg Il est impensable de visiter San Francisco sans voir le Golden Gate parc. Les amis de tante Jeanne m’y emmenèrent avec un arrêt très spécial au jardin japonais et sa maison de thé. Une balade fort agréable et pleine de surprises.

    http://i47.tinypic.com/2u53pef.jpg

     

    Le lendemain ce fut un tour à Chinatown le quartier chinois de la ville : dépaysement garanti.  On n’est plus aux U.S.A mais bel et bien en "Asie" et ceci à tous points de vue.


    votre commentaire
  • http://i39.tinypic.com/300xzrp.jpg http://i40.tinypic.com/ff7bbc.jpg San Francis  Hotel                                                 Cable Car

    Tante Jeanne était reçue comme une VIP à travers tous les Etats-Unis. Le voyage d’Anchorage, Alaska, à Calimesa, Californie, se déroula donc en plusieurs escales durant lesquelles nos hôtes me montraient leurs villes. Après Seattle on s’arrêta à San Francisco. On m’emmena au  Golden Gate bridge, down town, Corona street, Lombard street la fameuse route qui serpente, San Francis Hotel, Le Cable Car etc. Mon souvenir le plus marquant est le déjeuner au Fisherman’s Wharf. Comme je conduisais j’ai déposé tante Jeanne et son amie à l’entrée du restaurant et partis garer la voiture. Chose faite, je grimpais les marches du restaurant lorsqu’un majordome en livrée vint vers moi disant : « Désolé madame mais vous ne pouvez pas entrer en pantalon. » Tante Jeanne avait monté les escaliers avec peine, elle était attablée avec son amie, ces dames m’attendaient. Rien à faire, bien qu’on était les seules clientes, pour l’heure, on nous chassa. Heureusement dans le restaurant voisin, plein à craqué, on nous accepta. Ceci se passa en 1969, époque à laquelle une femme en pantalon était encore mal vue par la High Society. Ces dames se devaient de porter capeline et gants blancs. http://i43.tinypic.com/zl3rq1.jpg  http://i44.tinypic.com/97k8ix.jpg  

    Lombard street


    votre commentaire
  • http://i42.tinypic.com/ebcw1e.jpg Avant d’arriver à Calimesa tante Jeanne et moi avons fait escale à Seattle dans l’état de Washington. Nous séjournions chez des amis qui m’ont montré les sites importants de la ville : les usines Boeing, la tour ronde du Plaza Hôtel, le monorail, les écluses d’état et le parc de l’exposition internationale avec le "Space Needle". Nous avons déjeuné au restaurant situé au sommet de cette tour. Le restaurant tournait, permettant une vue panoramique sur la ville et le mont Rainier. Comme je me levais pour me mettre dans le sens du tour, afin d’éviter le mal de mer qui me guettait,  j’ai aperçu John Wayne qui déjeunait à la table voisine. 

    Le parc "Space Needle"                                                                            Plaza Hôtel


    votre commentaire
  • Calimesa : Jeanne's homeCalimesa : Jeanne's home



















    Le mobil home de tante Jeanne                                                           Tante Jeanne et moi devant le mobil home
    dans le parc des retraités à Calimesa
    Pour la sortie de son album de fleurs sauvages tante Jeanne a peint 100 tableaux originaux. Un pour les premiers albums numérotés de 1 à 100. Ce travail titanesque, le stress, la vive émotion pour une femme de son âge lui ont valu plusieurs infarctus. Mais son rêve s’était réalisé. Les royalties lui permirent d’acheter un mobil home qu’elle fit installer dans un site réservé aux retraités à Calimesa près de Riverside en Californie. Lors d'un de mes voyages elle m’y emmena. Bien qu’interdit aux moins de 55 ans on m’y avait acceptée. Comme il faisait très chaud et qu’elle n’avait pas encore la climatisation nous durent écourter notre séjour. Dommage car je m’y plaisais bien.


    votre commentaire
  • Jeanne au travailJeanne mai 1974











    Tante Jeanne dans son atelier                             L'album paraît en 1974, tante Jeanne a 87 ans
    Tante Jeanne s’est spécialisée dans la peinture des fleurs sauvages. Elle peignait les fleurs trouvées en Alaska, tandis que son mari s’adonnait à la peinture des paysages et à la photographie. Son but était de faire paraître un livre sur toutes les plantes à fleurs qu’elle avait observées et mises sur papier. Alors que j’étais chez elle en 1967, elle a été contactée par une maison d’édition qui était intéressée par ce projet. L’éditeur allait imprimer le livre à condition que tante Jeanne relate sa vie avec son époux Sydney Mortimer Laurence. Jeanne n’étant pas douée pour la prose on m’a demandée d’être son nègre. C’est à dire mettre sur papier ce que Jeanne me conterait. A l’époque mes faibles connaissances en anglais m’ont fait renoncer. Malgré mon refus "An Album of Alaskan Wildflowers" allait paraître sept ans plus tard.
     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique