• Tante Jeanne et moi 24

    http://i55.tinypic.com/a3zgd2.jpg On arriva à l’aéroport sain et sauf. C’est quand j’ai signé les papiers que je me suis rendue compte de l’état dans lequel j’étais : impossible d’écrire sans trembler. Dans l’avion pour Anchorage j’ai sympathisé avec mes voisins, un couple venu du Texas, à qui j’ai remis une lettre pour mes parents les priant de la poster lorsqu’ils seraient hors pays. Ce geste allait réconforter ma famille plus que je ne l’imaginais. À Anchorage une foule nous attendait, le service d’ordre partagea les arrivants en deux : les touristes et les Alaskans.  Je voulus me mettre avec les touristes, mais comme j’étais connue en tant que nièce de tante Jeanne on me mit dans la file des habitants du pays mettant sur le compte de l’émotion mon désir de me mettre avec les touristes. D’autant plus que Clara, l’amie de tante Jeanne, m’attendait. Le lendemain mon nom parut dans l’Anchorage Time sous la liste des victimes de l’inondation. Ce que j’ignorais c’est que cette catastrophe faisait la une des journaux dans le monde entier, car le territoire couvert par les eaux était immense. Mes parents étaient abonnés à France-Soir. Père cacha le journal à mère pour ne pas l’affoler. Mes grands-parents, en vacances en Suisse, téléphonèrent pour avoir des nouvelles. Eux aussi étaient au courant. Père fut convoqué à la Préfecture, où on lui annonça ma disparition. En effet tous les touristes avaient été évacués tandis que mon nom apparaissait sur la liste des victimes faite par la croix rouge. Les autorités françaises en conclurent que j’étais morte. Heureusement que la lettre expédiée du Texas arriva le même jour.

    « Image du jourLe samedi à Colmar »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :