• Ciel d’Alsace 342

    Ciel d’Alsace 342

    Toujours de la grisaille.

    Ciel d’Alsace 342

    Petit clin d’œil à Flower Power : le pyrus devant ma fenêtre. Je vous souhaite une bonne semaine.

     
     
    « Dubaï : La tour de KalifaBretagne : Erquy côté bourg »

  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Novembre à 11:50

    grand soleil en ce moment...

    tiens il est parti........

     

    bon lundi

    2
    Lundi 13 Novembre à 12:27

    Bonjour Marylou, les beaux paysages d'automne vont s'effacer...vivement le printemps lol
    Bonne journée
    Daniel

    3
    Lundi 13 Novembre à 16:57

    ..de la grisaille au lever du jour puis soleil...pourvu que cela dure!

    Bonne semaine à toi aussi...

    Bises de Mireille du sablon

    4
    Lundi 13 Novembre à 20:05

    Nous encore du soleil aujourd'hui mais un temps froid, on sent que l'hiver n'est pas loin ! Bises. FRANCOISE

    5
    Mardi 14 Novembre à 05:29

    Bonjour Marylou

    Il est magnifique cet arbre aux couleurs chaudes, ton ciel Alsacien est comme le mien yes

    J’ai l’âme poétique ce jour et c’est avec ce beau poème que je viens te souhaiter une belle journée ensoleillée, car chez moi le temps est gris et humide, mais dame nature est ravie.

    Je t’envoie une envolée de gros bisous d’amitié.

     

    Vieux Jardins

    Jules Breton

    Qui n’aime ces jardins des humbles dont les haies

    Sont de neige au printemps, puis s’empourprent de baies

    Que visite le merle à l’arrière-saison ;

    Où dort, couvert de mousse, un vieux pan de maison

    Qu’une vigne gaîment couronne de sa frise,

    Sous la fenêtre étroite et que le temps irise ;

    Où des touffes de buis d’âge immémorial

    Répandent leur parfum austère et cordial ;

    Où la vieillesse rend les groseilliers avares ;

    Jardinets mesurant à peine quelques ares,

    Mais si pleins de verdeurs et de destructions

    Qu’on y suivrait le fil des générations;

    Où près du tronc caduc et pourri qu’un ver fouille,

    Les cheveux allumés, l’enfant vermeil gazouille ;

    Où vers le banc verdi les bons vieillards tremblants

    Viennent, sur leur béquille appuyant leurs pas lents

    Et gardant la gaîté, – car leur âme presbyte

    Voit mieux les beaux lointains que la lumière habite, –

    D’un regard déjà lourd de l’éternel sommeil,

     

    Tout doucement sourire à leur dernier soleil ?

    6
    Mardi 14 Novembre à 09:54

    bonjour, pour nous toujours beau ciel bleu grâce au mistral d'hier

    ce matin ça va mieux mais toutes les terrasses à balayer

    bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :