• http://i49.tinypic.com/107qlfq.jpgEn 1992 je me suis rendue à Nantes avec mon époux Jacques pour assister à une assemblée d’Expriment. Nous allions être reçus à la mairie etc. avec visite de la ville et de la région.http://i45.tinypic.com/344e8zq.jpgLa veille nous nous étions reposés près d' Ancenis sur un espace à l’écart de la route nationale N°23. C’est là que j’ai aperçu derrière une rangée d’arbres un château dont j’ignore le nom.


    2 commentaires
  •  Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i47.tinypic.com/1zyd7w6.jpg

     Les quatre parties du jour

    Dessin de Charles Le Brun (1619-1690)

    En 1674, Le Brun souffle à Colbert l’idée d’une grande commande de vingt-quatre statues en marbre pour le parc de Versailles.

    Les sujets traités étaient des allégories puisées dans un recueil italien de la fin du XVIème siècle : l’Iconologie du chevalier César Ripa. Les vingt-quatre statues se répartissent en six groupes : Les quatre Saisons, les quatre Eléments, les quatre Parties du Monde, les quatre Tempérament de l’Homme, les quatre Poèmes et les quatre Parties du Jour.

    Le brun fit pour chacun de ces groupes un dessin destiné à guider les sculpteurs dans l’exécution de leur tâche.

    Dans la quatre Parties du Jour : Gaspard Marsay fit le Point du Jour (placé à la fontaine du Point du Jour au Parterre d’Eau) et le Midy ou la Vénus tranquille (placée à la fontaine de Diane au Parterre d’Eau).

    Martin Desjardins se vit confier l’Heure du Soir ou Diane (placée à la fontaine de Diane au Parterre d’Eau) et Jean Raon, la Nuit (placée à la rampe du Parterre Nord).

    Ces quatre statues étaient achevées et mises en place en 1680.


    2 commentaires
  •  Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i46.tinypic.com/2qsbhn4.jpg

    Le Bassin de Flore

    Gravure de Jean Le Pautre (1618 – 1682), en 1680

     Les carrefours des allées principales du parc de Versailles sont réservés à quatre bassins, ronds ou octogonaux. Chacun de ces bassins est consacré à une saison, hommage au soleil rythmant le cycle de l’année.

    Du côté nord du Tapis vert sont les bassins de Flore (le printemps) et de Cérès (l’été) et du côté sud, les bassins de Bacchus (l’automne) et de saturne (l’hiver).

    À partir de 1672, les sculpteurs Tuby, Regnaudin, Marsy et Girardon se répartissent l’exécution des groupes de plomb qui occupent le centre des bassins. Le Brun donna le dessin de ces figures de dieux et de déesses accompagnés d’enfants et des attributs propre à chaque saison.http://i49.tinypic.com/2ns7vrk.jpg

    Sur la gravure, Louis XIV à cheval, à gauche, se fait présenter le Bassin de Flore (1672-1675) où Tuby a représenté la déesse à demi-nue, reposant sur un lit de fleurs, entourée de jeunes amours qui jouent à tresser des guirlandes. Ces figures de plomb étaient dorées tandis que les fleurs et les feuillages étaient peints au naturel.

    La margelle du bassin reprend ce décor floral de plomb peint qui n’aura qu’une existence éphémère.


    votre commentaire
  • Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i49.tinypic.com/10xv6uu.jpg

     Le Bassin de l’Encelade

    Gravure de Jean Le Pautre (1618-1682), en 1677

    Installé en 1675-1676, ce bassin rond est entouré d’une plate-forme scandée par de petits bassins et fermée par des palissades de treillages garnies de fleurs et percées de huit portes.

    Le sujet de cette fontaine est emprunté à l’histoire de la chute des Titans accablés par des rochers du mont Olympe qu’ils voulurent escalader au mépris de Jupiter, lors de la guerre entre les Dieux et les géants.

    Le sculpteur Gaspard Marsy a réalisé ici une œuvre puissante avec la figure colossale du géant Encelade déjà à-demi englouti sous les rochers et essayant désespérément de lutter contre la mort. De la bouche du géant s’échappe un puissant jet d’une grosseur extraordinaire qui atteint 23 mètres, tandis que d’autres jets sortent de ses mains crispées sur les roches.

    Les dimensions de cette figure en plomb (autrefois dorée) quatre fois plus grande que nature, font de ce bassin un des seuls exemples du goût baroque dans l’ornementation des fontaines de Versailles.


    2 commentaires
  • Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i45.tinypic.com/2mwv7mh.jpg

     Illuminations du Palais et des Jardins de versailles le 18 juillet 1668

    Gravure de Jean La Pautre (1678-1682), en 1679

    Louis XIV, ayant quitté la capitale au début de l’année 1668 pour se rendre maître de la Franche-Comté, décida de donner à son retour une grande fête pour les dames qui avaient été privées du carnaval…

    Ce divertissement devait célébrer officiellement les conquêtes du jeune roi mais il était également destiné à plaire à la nouvelle favorite, Madame de Montespan.

    La date du 18 juillet fut retenues. Cette fête ne dura qu’une seule nuit mais fut grandiose et resta gravée dans les mémoires sous le nom du « Grand Divertissement de Versailles » et quelques années plus tard, Le Pautre fut chargé de l’immortaliser par une série de cinq gravures.

    Louis XIV, la Reine, le Dauphin, Monsieur et Madame arrivèrent de Saint-germain-en Laye pour le dîner et furent rejoints dans l’après-midi par toute la Cour.

    À partir de dix-huit heures les festivités se déroulèrent dans le parc où, sous la direction même de Colbert, Surintendants des bâtiments du Roi, différents emplacements avaient été aménagés.

    Le Duc de Créquy, Premier gentilhomme de la Chambre, était le responsable de la salle construite pour la collation dans le bosquet de la Montagne d’Eau. Vigarini avait dressé le théâtre pour la comédie à l’emplacement du bassin de Saturne où Molière et Lully jouèrent «  Georges Dandin » et le « Fêtes de l’Amour et de Bacchus ».

    Henri de Gissey avait aménagé la salle du souper à l’emplacement du bassin de Flore et Le Vau avait fait édifier la grande salle de bal au bassin de Cérès.

    Après avoir joui de ces divertissements, Le roi et la Cour, une fois le bal terminé, assistèrent à un feu d’artifice qui embrassa le château et les parterres. On voit ici le carrosse du roi au premier plan tandis que dans le lointain, toutes les fenêtres du château sont brillamment éclairées et que les rampes de Latone sont soulignées par des vases et des statues peints sur transparents et éclairés par derrière. Une dernière explosion provoqua une courte panique parmi les courtisans : milles fusées enflammèrent le ciel. «  Enfin, toutes les lumières s’éteignirent et comme si elles eussent obligé les étoiles de se retirer, l’on s’aperçut que de ce côté-là la plus grande partie ne se voyait plus, mais que le jour, jaloux des avantages d’une si belle nuit, commençait à paraître. » (Félibien)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique