• http://i43.tinypic.com/1e120g.jpg

    Fenêtres de la façade ouest du logis des châtelains

    Le château des Adhémar a été construit dans la deuxième partie du XIIème siècle par les Adhémar, qui étaient à leur apogée et font construire un palais. C’est celui qui orne encore aujourd’hui les hauteurs de la ville de  Montélimar.

    http://i44.tinypic.com/4ub434.jpg

    Logis des châtelains

    http://i42.tinypic.com/2dtpquf.jpg

    XIIème - XIVème siècles

     dans la Drôme. Au XIVème siècle fut construite la tour de Narbonne seule partie subsistante d’un château appartenant aux comtes du Valentinois.Le vieux château appartenait alors 

    http://i39.tinypic.com/33z2rz4.jpg

    Logis des châtelains et donjon

    http://i39.tinypic.com/1zfrdhe.jpg

    Tour de Narbonne

    http://i40.tinypic.com/n5g082.jpg

     

    au Pape.

     

      Ce château (à l’exception du donjon) a été détruit vers 1580 sur ordre du duc de Lesdiguières chef des armées protestantes du Dauphiné pour faire la place à un ensemble de fortifications plus moderne. Le logis seigneurial a été classé monument historique en 1889.

     

    Échauguette


      Ma contribution à "La carte de France des paysages" gérée par Canelle.


    votre commentaire
  • Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles. Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier & Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i43.tinypic.com/2s8mz9f.jpg

     Gravure d’Israël Silvestre (1621-1691) : vue de l’Avant-cour, en 1874.

    Le château est représenté après l’achèvement des travaux d’agrandissement de Le Vau. Le château de Louis XIII est maintenant raccordé avec les bâtiments de 1662 (anciennes écuries et cuisines) réservé désormais à des appartements de seigneurs et terminés par un péristyle à colonnes toscanes surmonté de douze statues.http://i43.tinypic.com/1jxezd.jpg

     

    Ces nouvelles constructions délimitent la Cour Royale fermée par une balustrade avec une grande porte ouvragée au centre. Cette cour était réservée aux « honneurs du Louvre » : les chaises à porteurs devaient être empruntées par ceux qui n’avaient le droit d’y entrer en carrosse.http://i39.tinypic.com/1s12eh.jpg

                  

    Au fond se trouve la Cour de Marbre qui a reçu son décor de bustes sur consoles : un bassin au centre et deux volières sur trompe dans les angles. On aperçoit au-dessus du toit du vieux château les pots à feu ornant la balustrade de l’enveloppe de Le Vau du côté du parc.http://i42.tinypic.com/117fpdu.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Le château tel qu’on le découvre ici servit de cadre aux fêtes de 1674 célébrant la conquête définitive de la Franche-Comté.


    votre commentaire
  • Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i40.tinypic.com/294s9d0.jpg

     Vue et perspective du Château de Versailles, du côté de l’entrée, en 1664.

    Gravure d’Israël Silvestre (1621-1691)

     Exécutée d’après un dessin de van der Meulen, cette gravure montre les avant-cours et le château qui vient de bénéficier des premiers aménagements de le Vau. Après les travaux de 1662, le château présente, à l’extrême gauche, le bâtiment du Jeu de Paume éclairé de deux fenêtres et relié par un mur à l’aile des écuries. Tandis qu’à l’opposée se voient les bâtiments des cuisines et des offices. Au fond, se dresse le petit château de brique et pierre avec ses hauts toits et ses façades enrichies de balcons de fer forgé. Un pont-levis fait communiquer ces constructions avec la pente en forme de cercle presque complet qui conduit à la vaste place d’armes où débouchent les trois avenues en patte d’oie. Louis XIV habitait alors le plus souvent au château voisin de Saint-Germain-en-Laye et ne venait que rarement à Versailles.

    « Versailles était au même état à peu près où Louis XIII l’avait mis, qui n’était rien. Le roi y allait une ou deux fois la semaine en très petite compagnie passer une partie de la journée avec Madame de la Vallière »(Saint-Simon).

    Jusqu’en 1668 Louis XIV n’y séjournera jamais longtemps et en 1665, Le Bernin après avoir admiré le château s’étonnait que «  Sa Majesté ne vienne dans un si agréable lieu qu’une seule fois la semaine ».


    votre commentaire
  • Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i44.tinypic.com/1hzek2.jpg

     Vue et Perspective du château de Versailles et d’une partie de la Ville, du côté du potager.

    Gravure de pierre Menant (1716)

    Cette gravure montre le château et la ville de Versailles au début du règne de Louis XV. Le château a trouvé son aspect extérieur définitif et ne changera plus jusqu’à la fin de la monarchie. Des hauteurs de la butte de Satory nous surplombons, à droite, le Potager du Roi qui conserve intactes les divisions par murets telles que les avait créées la Quitinie sous Louis XIV. http://i39.tinypic.com/2cofl7r.jpgAu-delà du potager commence la ville de Versailles avec le couvent des Recollets dont on voit le clocheton de la chapelle. L’énorme masse rectangulaire du Grand Commun fait la liaison avec le château dont les cours débouchent sur la Place d’Armes.Vu du côté sud , le château déploie ses lignes horizontales que rompent seulement les hauts toits de la Chapelle Royale avec son gracieux campanile que Louis XV fit abattre en 1765. http://i39.tinypic.com/ab724k.jpgÀ gauche la Pièce d’Eau des Suisses où seule la blanchisseuse de la reine a le droit de laver, prolonge l’Orangerie encadrée par les Cent-Marches. Les services des Bâtiments ont toujours eu beaucoup de soucis pour l’entretien de l’orangerie afin de la préserver des infiltrations d’eau. Mais tous les ans, en juillet, on y cueillait les fleurs d’oranger destinées au roi et à la famille royale. Le parc possède encore les ifs taillés et les hautes charmilles qui disparaîtront lors de la replantation du parc au début du règne de Louis XVI, en 1775.


    votre commentaire
  • Parmi les trésors que contient la bibliothèque de mon époux Jacques se trouve un volume intitulé : Découverte de Versailles . Je ne me souviens plus comment il a acquis cette merveille en 45 planches, numérotée et réalisée par les éditions Hier& Demain sortie de l’impression le 15 février 1974. Toujours est-il que je partage avec vous quelques extraits.http://i40.tinypic.com/2yoanon.jpg                   Gravure de Nicolas De Lespine représentant les Cours, Avenues et Ecuries de Versailles en 1683.
    C’est le 6 mai 1682 que le Roi et la Cour s’installent définitivement à Versailles. Cette gravure montre l’animation des cours du château, un an plus tard. La foule se presse dans la Cour Royale (le bassin au premier plan est œuvre d’imagination) : carrosse ayant les « honneurs du Louvre », gardes suisses avec leurs uniformes de la Renaissance.http://i40.tinypic.com/2pzio06.jpg La Cour des Ministres, séparée de la Cour Royale par une grille, ouvre sur la Place d’Armes d’où partent, en patte d’oie, les trois avenues donnant accès au château. À gauche l’avenue de Saint-Cloud, au centre l’avenue de Paris et à droite l’avenue de Sceaux. On voit à gauche entre l’avenue de Saint-Cloud et l’avenue de Paris, la Grande Écurie et derrière, le bâtiment du Chenil.  À droite, entre l’avenue de Paris et l’avenue de Sceaux, la Petite Écurie et derrière, l’hôtel de Conty. http://i39.tinypic.com/incnee.jpgLes écuries furent construites en 1679 et 1682 par Jules Hardouin-Mansart. La Grande Écurie renfermait les chevaux de main et la Petite, les carrosses et les chevaux de traits. A l’arrière plan se dresse, de façon quelque peu exagérée, la butte de Montbauron où sont installés des réservoirs servant à l’alimentation des fontaines du parc.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique