• Autres trésors trouvés dans un album de grand-père :

    Parade militaire sur la Place Rapp

    Visite du Roi de Bavière.

    votre commentaire
  • La nuit baigne le village, le veilleur de nuit fait sa ronde.  Il veille sur le sommeil des gens et s'assure que les chandelles sont éteintes. « Dormez en paix braves gens, je fais ma ronde.  Les chandelles sont mouchées et les portes fermées. »
    Aquarelle de Jean-Jacques Waltz dit Hansi.
    Merci André pour les paroles chantées par le veilleur de nuit de Turckheim :
    « Écoutez ce que je vais vous dire, minuit n’a pas encore sonné, vous êtes-vous préoccupé du feu et de la lumière, ce dont Dieu et Marie vous prient. Maintenant je me tiens en veille et vous souhaite à tous une bonne nuit ».


    votre commentaire
  • Ah le bon vieux temps ! ’époque des attelages de chevaux ! la belle époque quoi !

    Je me souviens du dernier cheval qui appartenait au livreur de lait. Il avait l’habitude de s’arrêter devant la maison pour recevoir le morceau de sucre que je lui tendais, la main bien à plat. Il saisissait la friandise du bout des lèvres avant de repartir en tournée avec son maître. Un jour le cheval a été vendu, il ne faisait plus la tournée avec le laitier. Mais malgré son nouveau propriétaire il s’arrêtait devant la porte refusant de partir jusqu’à ce qu’il obtienne sa friandise.


    votre commentaire
  • Dans la cave de la maison dort un drôle d’engin. Il s’agit de la pompe à vin utilisée jadis par mes grands-parents lors du transfert du précieux liquide, livré par Ulmer de Sigolsheim, vers les grands tonneaux qui se trouvaient dans la cave de l’établissement familial.
    En 1913 la maison s’appelait Stadt Thann. Je me souviens des trois tonneaux, de la manière de les nettoyer. Un jeune apprenti y entrait par une toute petite trappe sur l’avant du tonneau. Après la livraison du vin il était interdit de descendre dans la cave durant un laps de temps. Grand-père y descendait avec une bougie allumée afin de constater si toutes les effluves dangereuses s’étaient échappées par les soupiraux ouverts. La bougie s’éteignait en cas de danger.

    votre commentaire
  • Le monument Bruat tel que Bartholdi l’avait conçu.
    La statue de l’amiral Bruat repose sur un socle aux pieds duquel sont allongées quatre statues en grès rose représentant les quatre continents lointains :

    Amérique,               Asie                                      
                                                                                                                                    Afrique
    et Océanie.
    Le monument a été détruit durant la dernière guerre. Les têtes en grès ont été récupérées durant la nuit par quelques courageux qui les ont cachées jusqu’à la Libération. Aujourd’hui elles sont au musée Bartholdi. Elle étaient longtemps dans la cour du musée. Petite anecdote : grand-père racontait souvent que la statue de l’africain avait suscité la vocation de son ami Albert Schweitzer.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique